Accueil » Blog » L’esprit neuf

L’esprit neuf

[Cet article a été initialement publié dans la newsletter du 20 mars 2022]

Mercredi j’étais en formation et l’un des participants, qui vient de Nouvelle-Calédonie et est arrivé en France il y a quelques mois seulement, nous dit « En ce moment je suis ravi par tout ce que je découvre en me promenant car, voyez-vous, c’est mon premier printemps ». 

Je crois qu’on a tous été saisis, et enchantés, par cette image et ça m’a donné à penser car j’ai eu plusieurs retours suite à mon édito de la semaine dernière : est-ce que ça n’est pas quand même utile, parfois, les benchmarks ?

Oui, bien sûr. 

Je ne remets pas en cause l’intérêt d’aller voir ailleurs comment font les autres. Ça serait présomptueux, et même dangereux, de se replier sur soi et de croire qu’on sait tout ou qu’on peut tout inventer seul.e. Aller voir chez les autres a donc beaucoup de valeur, si on ne se trompe pas d’objectif. 

C’est ce qu’on regarde qui compte.

Car il ne sert à rien d’étudier une organisation pour la copier. Ce qu’il faut c’est étudier comment elle est rendue possible, comment elle est construite.

En peinture on fait des «Masters’ studies », on copie des tableaux de maîtres. Le résultat, la copie, n’a aucune valeur. C’est l’exercice qui a de la valeur, car il permet de mieux comprendre les gestes et les choix du maître, d’étudier la manière dont est composée la toile, le jeu des couleurs et des contrastes, de décomposer les touches qui font l’image.

La copie est un apprentissage, pas un raccourci vers une œuvre.

L’autre intérêt du benchmark c’est de regarder les résultats d’entreprises comparables.

Pour s’améliorer il est utile d’avoir des repères et ceux-ci peuvent nous être propres ou on peuvent s’appuyer sur des points de référence externes. 

C’est d’ailleurs l’origine même du mot benchmark : des repères d’arpenteurs ou des marques de hauteur, par exemple pour mesurer les crues.

Comparer son entreprise à d’autres peut donc avoir du sens, pour mieux mesurer sa performance. 

Mais on pourrait aussi la comparer à elle-même, dans le temps.

Dans bien des familles on fait des marques sur le chambranle de la porte, pour voir grandir ses enfants. 

Ça serait d’ailleurs intéressant de faire de temps en temps des auto-benchmarks, ou des learning expeditions internes : visiter et examiner sa propre organisation comme on le ferait d’une autre entreprise 

Car c’est très difficile, au quotidien, d’échapper à ce qu’on sait de son équipe. Comme on ne voit pas grandir ses enfants, on ne voit pas changer son entreprise. Et comme celui des amis ou des cousins qu’on ne voit que de temps en temps et qui s’exclament « comme ils ont grandis ».

C’est le regard des autres qui nous aide à voir les éléments saillants de notre organisation.

Il faut profiter de toutes les occasions pour regarder son entreprise avec l’œil neuf de quelqu’un d’extérieur : visites clients et fournisseurs, présentation à son club de dirigeants, rapport d’étonnement du nouvel embauché ou questions de l’élève de 3ème, ou 2nde en stage d’observation.

Retrouver l’œil naïf du nouvel arrivant dont c’est le premier printemps.

Cultiver l’esprit du débutant.

Au Japon, nous avons l’expression « Shoshin », qui signifie « esprit du débutant ». Notre « esprit originel » inclut tout en lui-même. Il est toujours riche et suffisant en soi. Cela ne signifie pas un esprit fermé, mais plutôt un esprit vide et un esprit prêt. Si votre esprit est vide, il est toujours prêt à tout. Il est ouvert à tout. Dans l’esprit du débutant, il y a de nombreuses possibilités ; dans l’esprit de l’expert, il y en a peu.

Shunryu Suzuki

Pour aller plus loin :

  • L’origine du terme bench-mark, sur wikipedia
     
  • L’esprit du débutant, sur Wikipedia : Shoshin

et quelques articles à propos de l’esprit Shoshin:


Ce texte a été originellement publié dans L’hebdo de Mille Mentors, le petit mail qui fait du bien le dimanche soir : une réflexion comme celle-ci, inspirée par l’actualité de la semaine, puis quelques pépites relevées dans ma veille et une pastille détente. Pour en profiter chaque semaine en avant-première, abonnez-vous.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page
%d blogueurs aiment cette page :